Het HIN als gespecialiseerd centrum binnen het EUR-OPA-Akkoord

HIN
Noodplanning
Het HIN neemt deel aan het netwerk van gespecialiseerde studiecentra van het Eur-OPA Akkoord Zware Risico’s In overeenstemming met de prioriteiten van het Akkoord voerde het HIN in dat kader de volgende onderzoeksprogramma’s.
Het HIN binnen EUR-OPA Akkoord

Het HIN wil zijn analyse uit te breiden naar andere landen (ook landen die geen lid zijn van het Eur-OPA Akkoord) en moedigt alle nieuwe bijdragen aan. Eveneens in dit kader organiseerde het HIN enkele seminaries. Het meest recente dateert van 2011 en had als thema de uitwisseling van praktijkervaringen van lokale overheden inzake noodplanning en crisisbeheer.

Betrekking van de lokale en regionale overheden in het beheer van zware natuurlijke en technologische risico’s

In deze analyse worden de systemen voor het beheer van zware risico’s vergeleken die in de verschillende landen geïnstalleerd zijn en wordt de rol van de lokale en regionale overheden in de verf gezet, alsook de bestaande coördinatiemechanismes.

De analyse is gemaakt op basis van een vragenlijst, waarvan de bevindingen op de website van het Hoger Instituut voor de Noodplanning binnen EUR-OPA gepubliceerd werden. De vragenlijst omvat alle fases van de cyclus van het risicobeheer (kennis, preventie, voorbereiding, beheer, herstel en opnemen van de getrokken lessen).

Workshop uitwisseling best practices in Paris - 2011

Le 21 et 22 novembre 2011, l’Institut Supérieur de Planification (ISPU) a organisé à Paris dans le cadre du Conseil de l’Europe un workshop pour l’échange des bonnes pratiques, pour améliorer la préparation des autorités locales aux situations d’urgence. Le groupe de travail était composé des pays suivants : Algérie, Arménie, Azerbaïdjan, Belgique, Chypre, Croatie, Maroc et Monaco.


Le premier jour chaque participant a donné une brève présentation de l’organisation de la gestion des accidents graves dans son pays et a décrit le rôle des autorités locales et donné deux bonnes pratiques de travail. Pour la Belgique, les deux bonnes pratiques de travail suivantes ont été présentées :

  • Les instruments de travail pour la coordination et l’aide aux décisions
    - Les cellules de sécurité et les comités de coordination : ils assistent les bourgmestres et gouverneurs dans leurs missions et garantissent une approche multidisciplinaire des risques et situations d’urgence
    - Les fonctionnaires plan d’urgence sont une garantie pour la continuité et la connaissance du service
    - Le Centre de Crise (CGCCR) coordonne la planification d’urgence et veille lors d’une situation d’urgence à l’harmonisation avec le niveau local et fédéral.
  • Un instrument de travail pour l’amélioration de la collaboration internationale et transfrontalière : la collaboration Senningen entre les pays du Benelux.

La deuxième journée était consacrée à la description des activités du groupe de travail pour 2012 et 2013 :

  • L’analyse comparative du rôle des autorités locales est étendue à l’Azerbaïdjan et au Maroc (actuellement il s’agit de : Algérie, Arménie, Belgique, Chypres, France, Grèce, le Grand-Duché du Luxembourg, la Croatie et Monaco)
  • Echanger les bonnes pratiques via le site web www.ispu.eu
  • Organiser en 2013 un workshop pour l’échange des bonnes pratiques de travail pour l’accompagnement des autorités locales au niveau de la sensibilisation du public.