Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Désinformation et influence pendant les élections

Une main insère un bulletin de vote dans une boîte de scrutin
En Belgique, les élections fédérales et régionales auront lieu le 9 juin 2024. Le même jour, vous pourrez également voter pour le Parlement européen. Quelques mois plus tard, le 13 octobre 2024, des élections communales et provinciales seront également organisées. 

Les élections représentent le fondement de notre démocratie. Il est donc particulièrement important qu'elles se déroulent sans incident, correctement, de manière transparente et démocratique. C’est pourquoi, dans notre pays, leur organisation, les ordinateurs pour voter, et le système de comptage des voix, sont très sécurisés. Malheureusement, les préparatifs des élections et les élections elles-mêmes sont régulièrement mis à profit par des acteurs nationaux et étrangers pour exercer une influence et diffuser de la désinformation. Il est donc probable qu'un grand nombre de mésinformations ou d'informations trompeuses seront diffusées sur les médias sociaux dans les semaines et les mois à venir. Les autorités conseillent à la population de rester critique et vigilant

La désinformation: un danger potentiel pour notre démocratie

La désinformation est un terme générique désignant toutes les formes possibles de fausses informations, d’informations incorrectes ou trompeuses délibérément créées et/ou diffusées dans le but d'influencer des opinions ou des comportements, de gagner de l'argent ou de nuire à la société, en provoquant de la polarisation ou en sapant notre démocratie. Des pays (gouvernements), des groupes de lobby, certaines organisations, mais aussi des individus, sont susceptibles de diffuser de la désinformation pour servir leurs propres intérêts. 

Dans le contexte des élections, ces acteurs ne cherchent pas tellement à faire croire aux électeurs à une autre vérité, mais plutôt à semer la confusion dans la population, en rendant plus difficile la distinction entre les informations correctes et trompeuses. Tout cela peut conduire à de l'instabilité et à une plus grande division au sein de notre société. En outre, des informations trompeuses peuvent également être diffusées pour jeter le doute sur la légitimité, la sécurité et la fiabilité du processus de vote et des systèmes techniques.  

La désinformation et les autres formes et techniques d'influence représentent un danger potentiel pour notre démocratie. L’organisation récente d’élections à l'étranger démontre clairement que certains acteurs (qu'il s'agisse d'individus, de groupes, de groupes de lobby ou même d'États) ont tenté d'influencer le processus électoral. Il n’est donc pas exclu que des acteurs du même type tentent également d'influencer les élections dans notre pays. C’est pourquoi il est important d'être conscient de ce danger potentiel et de s'en prémunir, à la fois en tant que gouvernement et en tant que société. 

Quelles sont les techniques utilisées pour exercer cette influence malveillante ?  

L'intelligence artificielle (IA) 

Les technologies modernes et l'intelligence artificielle peuvent notamment être utilisées pour faciliter les tentatives d'hameçonnage, la cybercriminalité et la manipulation des informations. Prenons l'exemple des deepfakes, qui sont des images audio et vidéo éditées à partir de l'intelligence artificielle. Cette technologie permet de créer des vidéos dans lesquelles des personnes disent ou font des choses qu'elles n'ont jamais dites ou faites. A cause de celle-ci, les informations créées sont mélangées aux faits réels, et nous sommes confrontés à des comptes automatisés parfois réunis dans de véritables réseaux de faux comptes, des vidéos manipulées ou de la publicité ciblée, entre autres choses. Les médias sociaux ont un impact important à cet égard, car ils sont la principale source d'information pour de nombreuses personnes qui trouvent, lisent, regardent et partagent des infos via ceux-ci.  

Algorithmes

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, certains algorithmes sont utilisés pour atteindre les électeurs et diffuser les messages des candidats politiques. Ces algorithmes vous placent dans une sorte de bulle d'informations qui confirme votre vision des choses, ce qui vous empêche de faire preuve d'esprit critique et de remettre en question vos propres idées. 

Bots

On observe également une augmentation du nombre de "social bots", c'est-à-dire de faux comptes sur les réseaux sociaux qui se font passer pour de vraies personnes. Ces bots peuvent exercer une influence en diffusant des discours haineux pour influencer l'opinion publique. Des hashtags qui reproduisent les opinions d’un faible nombre de personnes mais qui sont partagés par un grand nombre de bots, peuvent également être créés, ce qui donne l'impression que de très nombreuses personnes réelles partagent ces opinions. En outre, la présence de “trolls” sur internet reste un phénomène actuel, où une personne réelle sème la discorde sur les médias sociaux et tente de frustrer et de mettre en colère certains groupes d’autres personnes. 

Acteurs humains 

Par ailleurs, la désinformation n'est certainement pas uniquement diffusée par le biais d’outils technologiques. Des individus ou des personnes influentes ayant un objectif particulier, des groupes de lobby des organisations, etc. peuvent également diffuser délibérément des informations erronées ou hors contexte sur les réseaux sociaux, informations qui peuvent être renforcées par des moyens technologiques ou non. Ces “acteurs humains” tentent ainsi de faire avancer un programme, ou d’atteindre un objectif particulier. 

Quelques vidéos

Le Parlement européen a également réalisé une série de vidéos expliquant les techniques les plus couramment utilisées et donnant des conseils sur la manière de les reconnaître et de les éviter. Regardez les vidéos sous-titrées en français ici.

Que pouvez-vous faire en tant que citoyen ?   

Il est particulièrement important d'être conscient des différentes pratiques et techniques d'influence qui existent, et de toujours faire preuve d'esprit critique à l'égard des informations. Lorsque vous recherchez des informations sur le net, fiez-vous principalement aux canaux officiels et fiables, tels que les sites web des autorités ou les principaux médias, et soyez prudent avec les informations que vous lisez et partagez sur les réseaux sociaux.   

Sur notre page consacrée à la désinformation, vous trouverez des conseils pour reconnaître la désinformation et mieux vous en protéger.   

Par exemple, à la lecture d’une information, vous pouvez vous poser ces quelques questions :   

  • Qui est l'auteur ?   
  • Quand le message ou le texte a-t-il été écrit et diffusé ?   
  • Sur quelles sources l'auteur s'appuie-t-il ? Est-il crédible ?  
  • Dans quel but le texte ou le message a-t-il été écrit ?   
  • Puis-je trouver les mêmes informations dans d'autres sources ?   
  • Le texte a-t-il une forme particulière ?  
    • Le texte est-il truffé de fautes d'orthographe, de points d'exclamation ou de majuscules ?  
    • Le titre est-il très exagéré ou trompeur ?  

En outre, consultez notre page du site web sur la vérification des faits ou fact-checking pour savoir comment procéder vous-même à une vérification des faits.

Sur le site web de EDMO BELUX (une collaboration intercommunautaire et multilingue entre des experts du monde universitaire, de la société civile, des médias, de la vérification des faits et de l'éducation aux médias), vous trouverez une affiche claire avec 10 questions qui vous aideront à identifier les sources fiables et à vous prémunir contre la désinformation.

En jouant aux jeux Harmony SquareCat Park et Bad News (tous développés par l'Université de Cambridge, entre autres, et DROG et Tilt Studio, deux organisations néerlandaises travaillant contre la propagation de la désinformation), vous découvrirez comment la désinformation politique se propage sur les réseaux sociaux.

JeDoute.be, une campagne menée dans le cadre du projet EDMO BELUX, propose des outils pour dissiper les doutes. Vous y trouverez des conseils sur la manière de faire des recherches en ligne, sur les personnes à qui demander conseil ou à qui parler de vos doutes.    

EDMO a créé la campagne #BeElectionSmart qui vise à aider les citoyens à trouver des informations électorales fiables et à reconnaître les contenus faux ou manipulateurs à l'approche des élections du Parlement européen de 2024. Visitez le site web ici pour découvrir les conseils pratiques.

Vous êtes parent ou enseignant et vous souhaitez aborder ce sujet avec vos enfants ou vos élèves ? Dans ce cas, jetez un coup d'œil à notre page contenant du matériel pédagogique sur la désinformation.

Que font les autorités ?  

En Belgique, la Direction générale Identité et Affaires citoyennes (DGIAC) du SPF Intérieur est responsable de l'organisation des élections fédérales, régionales et européennes. Avant, pendant et après les élections, le SPF Intérieur prend diverses mesures pour assurer la sécurité et la transparence des élections. Une liste complète de ces mesures peut être consultée à l'adresse suivante : Sécurité et transparence | Elections Belgique 2024 - SPF Intérieur - Direction des Elections (fgov.be). 

Les autorités font leur maximum pour que les élections se déroulent sans incidents, correctement et démocratiquement. Cela implique également un important travail de préparation. Par exemple, une analyse des risques est élaborée à partir de différents scénarios, notamment les risques techniques, les risques liés aux processus des élections, et les cyber-risques. Une analyse similaire est également élaborée pour tout ce qui concerne la désinformation. Sur base de cette analyse, elle examine comment les différents services concernés réagiront si les différents scenarios définis devaient se produire.   

En collaboration avec ses partenaires, le Centre de crise National surveille la diffusion de faux messages et d’informations trompeuses qui circulent dans notre pays. Via ses différents canaux, le NCCN communiquera de manière claire et transparente lorsqu'une information trompeuse sera diffusée sur les réseaux sociaux. 

En outre, au niveau européen, La Commission européenne renforce sa communication stratégique en réaction à la désinformation ainsi qu’à la manipulation de l’information et à l’ingérence étrangères ciblant les politiques européennes. Pour en savoir plus sur la manière dont l'Union européenne et ses États membres s'attaquent à la désinformation et à la manipulation de l'information, notamment dans le but de protéger les élections européennes, consultez cette page.

Les pays et les institutions de l’Union européenne ont pris un certain nombre de mesures contre les ingérences malveillantes, la désinformation, les cyberattaques et les violations de données dans le contexte des élections européennes. Vous trouverez de plus amples informations sur ces mesures sur cette page.

Sites web intéressants:

  • La Direction générale Identité et Affaires citoyennes (DGIAC) a également créé un site web spécifique. Vous y trouverez les réponses aux questions (pratiques) relatives aux élections que vous vous posez.  
  • Vous voulez en savoir plus sur les élections européennes ? Ce site web, développé par le Parlement européen, répond à toutes vos questions.
  • En outre, le Parlement européen a également élaboré une fiche pratique contenant des conseils pour vous aider à repérer les fausses informationsComment détecter des informations mensongères (europa.eu)
  • Le site Ressources Elections est le guide complet pour informer les jeunes sur les outils et les ressources existants sur ces enjeux démocratiques ainsi que les activités organisées dans le cadre des prochaines élections .
  • Infor Jeunes fournit des informations personnalisées aux jeunes sur de nombreux sujets, dont les élections.
  • Les jeunes qui voteront pour la première fois en 2024 trouveront tout ce qu'ils doivent savoir sur le site 't Is aan u (en néerlandais). 
  • EDMO BELUX est un centre de recherche qui surveille la désinformation en Belgique et au Luxembourg en réunissant des experts internationaux du monde universitaire, de la société civile, des médias et du journalisme, du fact-checking et de l'éducation aux médias. Son site EDMO BELUX comprend des facts-checking qu'ils ont effectués, des documents sur l'éducation aux médias et des conseils pour effectuer vos propres facts-checking.  
  • L'organisation indépendante à but non lucratif, EU DisinfoLab, rassemble les connaissances et l'expertise sur la désinformation en Europe. Sur son site web, elle partage des publications intéressantes et des conseils sur la manière de détecter la désinformation et d'y faire face.   
  • La Sûreté de l’Etat (VSSE), le Service Général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) et le Centre Cybersécurité Belgique (CCB) ont développé la brochure "Surfer en toute sécurité pendant la campagne électorale" pour les partis politiques et les candidats.