Modernisation de l'alerte de la population en situation d'urgence

Planification d'urgence
Be-AlertAlerte à la population
Lors de situations d'urgence, il est important de pouvoir avertir la population. Le Centre de Crise du SPF Intérieur investit en continu dans des canaux d'alerte plus performants, notamment via la téléphonie (mobile). Depuis juin 2017, les autorités peuvent envoyer des messages via BE-Alert aux citoyens concernés par exemple par une inondation ou un accident industriel. A partir de 2018, des tests d’alerte auront lieu chaque premier jeudi du mois.

BE-Alert : une plateforme d’alerte multicanale au service des autorités et citoyens

Depuis 2017, 307 Villes et Communes ainsi que tous les Gouverneurs de Province ont déjà souscrit à BE-Alert. Une campagne de sensibilisation à l'alerte (comment bien réagir après avoir été averti ?) et sur BE-Alert en particulier (comment m'inscrire pour m’y préparer ?) a été organisée en collaboration avec de nombreuses autorités. Depuis le lancement il y a 5 mois, les citoyens ont encodé 239.000 adresses afin de pouvoir recevoir un message des autorités en situation d'urgence. Les citoyens peuvent s'inscrire à tout moment via le site www.be-alert.be.

En six premiers mois d'utilisation, BE-Alert a déjà été déclenché à 5 reprises, dont 1 fois sur base de la localisation des appareils mobiles. Plusieurs tests différents ont aussi déjà été réalisés et l'application est fréquemment utilisée pour l’envoi de messages au sein des Partenariats locaux de prévention (PLP).

 

Objectif : alerter efficacement

Depuis plusieurs années, le Centre de Crise gère le réseau des sirènes. Celles-ci sont concentrées autour des entreprises ayant un risque accru : les entreprises dites Seveso et les sites nucléaires. Le réseau comprend aujourd'hui environ 570 sirènes.

Depuis la création du réseau il y 20 ans, les sirènes n'ont pas encore été réellement activées lors de situations d'urgence. Elles sont toutefois testées chaque premier jeudi du trimestre. Les tests révèlent que la compréhension du son de la sirène est insuffisante et qu'une confusion subsiste avec les sirènes internes des entreprises. De plus, les sirènes ne peuvent que communiquer des sons stridents et un nombre limité de messages fixes. Une conclusion s’impose : l'alerte de la population via une sirène peut être considérée comme une technologie dépassée. Il existe en effet aujourd'hui des alternatives plus performantes et moins onéreuses.

Vu que BE-ALERT peut être utilisé dans l'ensemble du pays, permettant de communiquer clairement divers messages via divers canaux, des nouveaux investissements seront réalisés au cours des prochaines années pour opérationnaliser encore davantage ce système technologique. Le choix a été fait de continuer à investir en permanence dans l’alerte pour le citoyen. BE-Alert continuera donc à évoluer afin d’améliorer l'alerte de la population et ce, via différents canaux.

Dans le cadre de ce choix stratégique technique et opérationnel, les sirènes ne seront plus réparées et seront progressivement déconnectées et retirées. Concrètement, le service Alerte du Centre de Crise démarrera en 2018 le démantèlement phasé du réseau des sirènes.

 

Tester l’alerte pour tous

Tester les canaux d'alerte est essentiel pour les autorités et les citoyens. Cela permet en effet d’éprouver d’une part leur bon fonctionnement technique et d’autre part de sensibiliser régulièrement la population aux réflexes à adopter en situation d'urgence. A partir de 2018, des tests d’alerte auront lieu chaque premier jeudi du mois.

Concrètement, les autorités locales qui le souhaitent pourront tester chaque premier jeudi du mois leurs canaux d'alerte et en particulier, envoyer un message test via BE-Alert. Elles peuvent également tester la plateforme d’alerte en simulant l’envoi de messages, sans réception donc de messages par la population.

Par ailleurs, les tests d'alerte trimestriels de plus grand ampleur sont maintenus : chaque premier jeudi du trimestre (en 2018 : le 4 janvier, 5 avril, 5 juillet et 4 octobre), le réseau de sirènes et BE-Alert seront testés par le Centre de Crise.