Lessons learned : la catastrophe de la rue Léopold à Liège

Planification d'urgence
Canalisations
Le 27 janvier 2010, une forte explosion a eu lieu dans un immeuble de la rue Léopold à Liège. Alors que les services de secours faisaient leur travail et tentaient de sauver autant d'habitants que possible, la façade, le toit et ainsi l'entièreté du bâtiment se sont effondrés. Le bilan est terrible, 14 morts, 22 blessés et plus de 500 personnes touchées.

L’Institut Supérieur de Planification d’Urgence a organisé à la suite de cette catastrophe une journée d’étude visant les cellules de sécurité de toutes les provinces afin de tirer des leçons de la gestion de cet incident. Le thème central de cette journée était la collaboration multidisciplinaire et interdisciplinaire.

Le Lieutenant Colonel Jean Marc Gilissen du service incendie de Liège a donné un résumé chronologique et factuels des évènements. Sa présentation a été suivie d'une discussion en panel modérée et soutenue par Stéphane Bouquette, Lieutenant du service d’incendie de Liège et qui a donné des explications détaillées au sujet des actions entreprises et de la collaboration multidisciplinaire. Ce panel était composé de manière multidisciplinaire :

  • Discipline 1, les opérations de secours, Marc Cambrésy
  • Discipline 2, les secours médicaux, sanitaires et psychosociaux, Richard Schoofs
  • Discipline 3, la police, Gaëtan Colson
  • Discipline 4, le soutien logistique, Nicolas Tuts

 

Ensuite, le bourgmestre de Liège, Monsieur Willy Demeyer ainsi que le gouverneur de Liège, Monsieur Michel Forêt sont venus témoigner de leurs expériences respectives et au sujet de la collaboration unique entre les niveaux communal et provincial dans la gestion de la crise.

Au cours de l’après-midi le chef de cabinet du bourgmestre, Monsieur Marc Minet, a expliqué le soutien fourni par les divers services communaux. Enfin, Jean-François Gillard, psychosocial manager de Liège et Luxembourg est venu donner quelques mots d’explication sur le volet psychosocial d’une catastrophe.

La principale conclusion de la journée était la suivante : pour s’assurer de la réussite de la gestion d’un incident, il faut pouvoir compter sur un respect et une confiance mutuels.