IRE – 4/12/2014 : Premières impressions sur l’exercice

Planification d'urgence
ExercicesNucléaire
Par des outils de communication de crise opérationnels 24h/7j, l’information et la protection de la population ont été au cœur de l’exercice.
IRE

Ce jeudi 4 décembre 2014, a eu lieu un exercice simulant un incident radiologique sur le site de l’Institut des Radioéléments (IRE) à Fleurus.

L’accent était principalement mis sur l’échange d’informations entre les différentes autorités communales, provinciales et nationales impliquées ainsi que sur le rôle des autorités locales en cas d’incident radiologique.

Une préparation adéquate a renforcé les contacts étroits entre les différents acteurs de la gestion de crise, ce qui a permis tout au long de l’exercice une concertation optimale.

 

Scénario fictif

Le scénario d’exercice prévoyait un rejet limité d’iode radioactif. Le plan national d’urgence nucléaire a été déclenché en phase réflexe conduisant le Gouverneur du Hainaut à prendre les premières actions d’information et de protection de la population. A titre de précaution, les riverains ont été (fictivement) invités à se mettre à l’abri et, dans une phase ultérieure, à ne pas consommer les légumes de leur potager.

 

Premières impressions

Il faut tout d’abord souligner le rôle et les actions importantes d’information et de protection de leur population menés par le Gouverneur du Hainaut, ainsi que la Ville de Fleurus et la Commune de Farciennes. Celles-ci ont travaillé ensemble dans un même centre de crise au niveau communal afin de veiller à une information directe et harmonisée de leurs citoyens.


Tant l’alerte médiatique via le système Crisis-Alert que celle de la population via Be-Alert ont pu être testées avec réussite. Ces outils de communication de crise ont démontré leur efficacité grâce à une opérationnalisation 24h/7j ainsi qu’une préparation et formation adéquates à leur utilisation des acteurs concernés.


L’existence d’un réseau d’acteurs de gestion et de communication de crise, renforcé régulièrement par une connaissance réciproque dans le cadre de la planification d’urgence, a permis un bon échange d’informations tout au long de l’exercice. Se connaître avant permet d’agir au mieux pendant.


Au niveau national, il a été relevé l’importance de veiller à une cohérence des décisions prises. En effet, un incident radiologique nécessite la prise d’actions de protection ou de prévention dans de nombreux domaines, tant pour la protection de la sécurité de la chaine alimentaire que pour celle des populations concernées.


Ce ne sont que quelques premières impressions, récoltées sur base d’un premier retour de quelques services concernés. Une analyse plus approfondie sera réalisée dans les prochains mois. Chaque participant à cet exercice va lister ses constatations. De ces évaluations, des points d’amélioration pourront être tirés afin de peaufiner les procédures existantes, en gardant toujours à l’esprit la protection de la population en situation d’urgence.