Comment agir face aux inondations ?

Planification d'urgence
ExercicesInondationsCalamités naturelles
Ce lundi 14 mai 2012, tous les acteurs du Plan national d’urgence « Calamités naturelles » ont participé au Centre de crise à un exercice national simulant des inondations importantes en Province de Limbourg et de Liège.
Photo BELGA - Inondations

De la mobilité à la sécurité de tous, des réquisitions de moyens à l’évacuation des inondés, de la coordination nationale à l’information locale des populations concernées, l’exercice INONDEX a permis à chacun de vérifier l’opérationnalité de ses procédures par une interactivité accrue entre tous les acteurs concernés.

Une planification d’urgence adéquate pour un risque récurrent

L’hiver 2010/2011 a été particulièrement rude : fort enneigement et inondations ont conduit les gouverneurs et bourgmestres à gérer ces situations d’urgence. Au niveau national, le Centre de Crise avait également suivi les événements afin d’identifier les nécessités de renforts fédéraux.

Une évaluation a été menée ensuite par le Centre de Crise avec les gouverneurs et les Régions touchés. Des pistes d’améliorations tant stratégiques qu’opérationnelles ont été identifiées, comme notamment un plan d’urgence par bassin d’inondation à la place de frontières administratives.

Le 16 novembre 2011, une journée d’information a permis de discuter de propositions d’actions pour renforcer l’appui du niveau fédéral lors de situations d’urgence locales.

Ces deux initiatives sont à la base de cet exercice de gestion de crise INONDEX visant à tester le Plan national d’urgence ainsi que différentes actions pour améliorer la gestion des conséquences des inondations en Belgique.

 


INONDEX, un exercice de gestion de crise « 2 en 1 »

Dans le cadre de sa politique nationale d’exercices, le Centre de crise National a décidé d’organiser un exercice relatif au risque récurrent d’inondations. Intitulé INONDEX, il s’est déroulé en 2 temps : un volet local en 2011 et un volet fédéral en 2012. Exercice de type « Table top », il n’y a donc pas eu de déploiement réel des moyens et des structures de crise sur le terrain, mais bien une interactivité accrue par des discussions directes autour d’une même table entre tous les acteurs.

Le 23 novembre 2011, les membres des Comités de coordination des Gouverneurs du Limbourg et de Liège (Gouverneurs voire Bourgmestres concernés, services de secours et d’intervention,…) ont en effet participé à un exercice sur base d’un scénario présentant chronologiquement divers incidents. Plusieurs thématiques sur lesquelles le niveau fédéral serait interpellé en cas de situation d’urgence similaire en sont ressorties. Celles-ci ont servi de base aux discussions menées aujourd’hui lors du second volet fédéral de cet exercice INONDEX.

Un scénario réaliste pour tester une gestion coordonnée de crise

Suite à une fonte rapide des neiges, de fortes précipitations ont occasionnées d’importantes inondations en Belgique dépassant celles, historiques, de 1993 et 1995. Les Provinces de Liège et du Limbourg sont particulièrement touchées. Les difficultés sont importantes sur la Meuse et ses affluents ainsi que dans plusieurs villes en bordure de Meuse comme Vucht (Maasmechelen). La ville de Liège est coupée en deux car la Meuse est difficilement navigables pour les services de secours en raison d’un courant trop important. Les centres d’appel 100 sont surchargés Des coupures d’électricité ont lieu dans différentes villes.

La gestion d’une telle situation d’urgence (et surtout de ses conséquences) a pu être abordée par les différents acteurs du Plan national d’urgence, tous réunis au Centre de crise National : le SPF Intérieur (DG Sécurité civile et DG Centre de crise, SPF Economie, SPF Mobilité, SPF Santé publique, Défense, Régions flamande et wallonne, Gouverneurs des Provinces de Liège et du Limbourg, Police fédérale - DAO et Police de la route).

 


La gestion de crise nécessite une collaboration renforcée de tous

Cet exercice INONDEX a permis notamment :

  • de clarifier les flux d’informations entre les différentes autorités et services concernés : autorités fédérales, provinciales, communales et régionales ainsi que services d’intervention ;
  • d’améliorer la connaissance des rôles de chaque acteur de la gestion de crise et de leurs interactions ;
  • d’opérationnaliser le Plan national d’urgence pour une meilleure protection de la population ;
  • de veiller à une meilleure coordination des autorités en termes d’alerte et d’information de la population.

A la fin de l’exercice, la Ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet a pris connaissance des premières impressions et du déroulement de l’exercice. L’importance d’une bonne gestion de l’information, d’une vision globale et large des conséquences d’une telle situation d’urgence et d’une aide renforcée des autorités locales sont quelques points d’attention qui doivent permettre aux Bourgmestres et Gouverneurs de se focaliser sur la gestion de leur situation concrète.