70% des communes sont affiliées à BE-Alert

Planification d'urgence
Be-Alert
Un an après le lancement de BE-Alert, 70% des communes belges ont déjà adhéré à cette plateforme d'alerte. Dans 26 situations d'urgence, la population a été alertée l’année passée via BE-Alert. Outre les déclenchements réels, les autorités testent aussi régulièrement la procédure d'activation de BE-Alert. Ce jeudi 5 juillet, plus de 130 communes vont envoyé un message test BE-Alert.

1 an BE-Alert, un premier bilan : 70% des communes sont affiliées  

Un an après le lancement de BE-Alert, 70% des villes et communes belges sont déjà inscrits à cette plateforme d'alerte. Dans la province de Flandre orientale (97%), Limbourg (98%) et Anvers (93%) presque toutes les communes ont intégré BE-Alert dans leur planification d'urgence. De nouvelles villes et communes s'affilient encore chaque jour à BE-Alert.

L'an dernier, la population a été alertée via BE-Alert dans 26 situations d'urgence. Il s'agissait de plusieurs types de situations d'urgence : incendie avec un important dégagement de fumée, pollution de l'eau potable, panne d'électricité, tempête,...

 

Test ce 5 juillet 2018 dans plus de 130 villes et communes

Comme pour tous les autres aspects de la planification d'urgence, il est aussi essentiel de bien préparer l'activation de BE-Alert et de réaliser régulièrement des tests. Pour ce faire, les communes peuvent envoyer un message test via BE-Alert chaque premier jeudi du mois.

Ce jeudi 5 juillet, plus de 130 villes et communes ont testé BE-Alert en envoyant un SMS, un message vocal ou un email à leurs citoyens. Par ailleurs, le Centre de Crise a également profité de cette journée de test pour envoyer, en collaboration avec les autorités locales concernées, un SMS à toutes les personnes (inscrites ou non) physiquement présentes dans des zones délimitées à Blankenberge, Kruibeke, Liège, Bastogne et Houffalize.

Ces exercices sont utiles pour tester les procédures et la technologie. Sur base de ces tests, la plateforme peut continuer à évoluer. L'un des prochains projets est notamment de relier d’autres canaux de communication à BE-Alert. Il serait ainsi possible à l'avenir de commander aussi via cette plateforme des panneaux électroniques d'information. Ces moments de test sont par ailleurs également utilisés pour sensibiliser les citoyens et les inviter à s'inscrire à BE-Alert.

 

Préparés ensemble : 2 minutes à investir pour sa propre sécurité

Malgré le fait qu'il est techniquement possible d'envoyer un SMS aux personnes physiquement présentes dans une zone délimitée (sans qu’ils aient eu à s’inscrire), il reste cependant toujours aussi important que les citoyens s’inscrivent à BE-Alert. En effet, en s'y inscrivant, ils peuvent aussi être avertis d'une situation d'urgence concernant leur domicile même s’ils n'y sont pas présents à ce moment-là. Il y a aussi certaines situations d'urgence où il est uniquement utile d'alerter les habitants (par exemple en cas de pollution de l'eau).

L'année dernière, le Centre de crise, en collaboration avec les services fédéraux auprès des Gouverneurs et les autorités locales, a déjà entrepris de nombreuses initiatives pour encourager les gens à s'inscrire à BE-Alert: spots-radio, affiches dans les gares, campagnes via les médias sociaux, présence dans plusieurs événements avec un VR-Game (animation en réalité virtuelle),...

Des personnes s'inscrivent chaque jour à BE-Alert. Actuellement, plus de 343.000 adresses y sont encodées. Ce nombre est déjà une bonne base, mais celui-ci doit évidemment encore augmenter. Plus élevé est le nombre d'inscrits, plus efficace sera l'alerte lors d'une situation d'urgence.

Le Centre de Crise a dès lors relancé plusieurs initiatives pour augmenter ainsi la portée de BE-Alert:

  • En juin, une campagne de promotion via les médias sociaux, du webvertising et un spot-radio sur les radios nationales ont été diffusés
  • Toutes les communes ont reçu des cartes de visite BE-Alert. Celles-ci peuvent être distribuées à la maison communale ou lors d'événements locaux.
  • Le Centre de Crise lancera en septembre un BE-Alert Challenge. Tous les Belges seront invités à participer à ce défi afin de s'inscrire à BE-Alert et d'augmenter non seulement leur propre sécurité mais aussi celle des autres.

Les autorités prennent leur responsabilité, c'est maintenant au tour du citoyen de prendre la sienne. Si tout le monde prend 2 minutes de temps pour s'inscrire, nous serions, ensemble, mieux préparés à une situation d'urgence.

Outre cette campagne, le Centre de Crise examine aussi comment rendre l'inscription plus simple et plus rapide. Le Centre de Crise examine à cet effet quels liens techniques peuvent être établis avec d'autres bases de données et applications publiques, bien sûr, tout en respectant le cadre juridique.

 

Aperçu du nombre de communes affiliées à BE-Alert

Provincie

Nombre de communes

Inscrites à BE-Alert

Flandre Orientale

65

63

96,92%

Limbourg

44

43

97,73%

Anvers

70

65

92,86%

Luxembourg

44

37

84,09%

Flandre Occidental

64

52

81,25%

Brabant Flamand

65

45

69,23%

Brabant Wallon

27

18

66,67%

Bruxelles

19

14

73,68%

Namur

38

19

50,00%

Hainaut

69

29

42,03%

Liège

84

33

39,29%

Totaal

589

418

70,97%

 

Aperçu du nombre de données encodées dans BE-ALERT

Provincie

 

Anvers

74106

Bruxelles (19 communes)

28043

Hainaut

19897

Limbourg

32900

Liège

17136

Luxembourg

5073

Namur

9343

Flandre Orientale

60436

Brabant Flamand

42318

Brabant Wallon

11208

Flandre Occidentale

42865

TOTAL

343.325