314.500 messages BE-Alert envoyés lors d’un test national de grande ampleur

Planification d'urgence
Be-Alert
Ce jeudi 5 juillet, 145 villes et communes ont envoyé un message de test via BE-Alert. Au total, dérouléc’est plus de 200.000 SMS, 6.500 messages vocaux et 108.000 emails qui ont été envoyés. C’était la première fois que la plateforme d’alerte était testée à une si grande échelle. Dans les prochaines semaines, le Centre de Crise, en collaboration avec ses partenaires, évaluera le déroulé de ce test avec pour objectif l’amélioration de la plateforme.

Test national à grande échelle

Comme pour tous les autres aspects de la planification d'urgence, il est aussi essentiel de bien préparer l'activation de BE-Alert et de réaliser régulièrement des tests. Pour ce faire, les communes peuvent envoyer un message test via BE-Alert chaque premier jeudi du mois. Ce jeudi 5 juillet avait lieu un test national BE-Alert de grande ampleur. C’était la première fois que la plateforme d’alerte était testée à une si grande échelle.

Au total, 145 villes et communes ont envoyé un message test à l’ensemble ou une partie de leurs citoyens enregistrés. Par ailleurs, le Centre de Crise a également profité de cette journée de test pour envoyer, en collaboration avec les autorités locales concernées, un SMS à toutes les personnes (inscrites ou non) physiquement présentes dans des zones délimitées à Blankenberge, Kruibeke, Liège, Bastogne et Houffalize.

Les chiffres de ce test de grande ampleur sont impressionnants :

  • Plus de 200.000 SMS envoyés ;
  • 6.500 messages vocaux envoyés ;
  • 108.000 mails envoyés.

 

Evaluation approfondie

Dans les prochaines semaines, le Centre de Crise, en collaboration avec ses partenaires évaluera le test et se penchera sur les améliorations futures. En raison de l’envergure (nombre de communes et nombre de citoyens alertés par commune) et de la synchronisation simultanée de ce test, un retard a pu être observé au moment du pic de la livraison de messages SMS. Sur la base de ces constatations, le Centre de crise prendra les mesures nécessaires en collaboration avec ses partenaires.

 

1 an BE-Alert, un premier bilan : 70% des communes sont affiliées 

Un an après le lancement de BE-Alert, 70% des villes et communes belges sont déjà inscrits à cette plateforme d'alerte. Dans la province de Flandre orientale (97%), Limbourg (98%) et Anvers (93%) presque toutes les communes ont intégré BE-Alert dans leur planification d'urgence. De nouvelles villes et communes s'affilient encore chaque jour à BE-Alert.

L'an dernier, la population a été alertée via BE-Alert dans 26 situations d'urgence. Il s'agissait de plusieurs types de situations d'urgence : incendie avec un important dégagement de fumée, pollution de l'eau potable, panne d'électricité, tempête,...

Actuellement, plus de 343.000 adresses y sont encodées. Ce nombre est déjà une bonne base, mais celui-ci doit évidemment encore augmenter. Plus élevé est le nombre d'inscrits, plus efficace sera l'alerte lors d'une situation d'urgence.

Les autorités prennent leur responsabilité, c'est maintenant au tour du citoyen de prendre la sienne. Si tout le monde prend 2 minutes de temps pour s'inscrire, nous serions, ensemble, mieux préparés à une situation d'urgence : www.be-alert.be