La pandémie de grippe A/H1N1

Gestion de crise
Santé publiqueInfluenzaEpidémiesSituations d'urgence
Face à l’épidémie de grippe A/H1N1 que nous connaissons dans notre pays, et sur recommandation notamment de l’OMS, la Belgique a décidé, de manière concertée au niveau de l’autorité fédérale et des entités fédérées, de passer dès le lundi 13 juillet à une nouvelle stratégie de gestion de la situation, une stratégie dite « d’atténuation ».

L’objectif des autorités belges est de se préparer – à tous les niveaux de pouvoir – à une hausse du nombre de cas de A/H1N1 dans notre pays. <?xml:namespace prefix = o /> L’objectif des mesures qui seront prises n’est plus d’endiguer et de retarder la pandémie mais bien d’en réduire l’impact médical et socio-économique tout en assurant les soins adéquats à la population en cas d’infection.

Depuis le 24 juillet 2009, et conformément à l'Arrêté Royal du 31 janvier 2003 relatif à la gestion de crise au niveau national, 4 Cellules de crise ont été mises en place au Centre de crise gouvernemental.
Pour de plus amples informations, des fiches d’information vous expliqueront l’organisation mise en place afin de gérer la situation actuelle par une collaboration de tous les Ministres et administrations, fédéraux et fédérés concernés par la pandémie de grippe A/H1N1.

Qu’est ce qui change concrètement ?

Dans le cas de patients présentant les symptômes grippaux, le médecin généraliste soignera ses patients au cas par cas en fonction des symptômes qu’ils présentent selon les traitements habituels de la grippe saisonnière (sans antiviral). Une exception est faite pour les patients appartenant à un des 9 groupes à risque identifiés par le Commissariat Interministériel Influenza. Ils seront suivi de près et seront les seuls à être encore traités aux antiviraux.

Il s’agit concrètement :

  • des patients avec une maladie chronique du système respiratoire en ce inclus,

  • des patients, ayant reçu une prescription de médicaments pour l’asthme endéans les 3 ans.

  • des patients avec une pathologie cardiaque chronique

  • des patients avec une insuffisance rénale ou hépatique modérée à sévère

  • des patients immunodéprimés dus à une maladie ou à un traitement

  • des patients diabétiques

  • des femmes enceintes

  • des personnes de plus de 65 ans

  • des enfants de moins de 5 ans

  • des patients hospitalisés pour un tableau clinique grave.

Masques, antiviraux et vaccins… Que faire ?

Pour éviter que vous soyez contaminés et que vous ne contaminiez votre entourage, il est toujours à l’heure actuelle conseillé de suivre les quelques règles d'hygiène de base :

  • Évitez tout contact avec les personnes malades.

  • Si vous êtes malade, isolez-vous afin d’éviter de contaminer votre entourage. Restez à la maison plutôt que d’aller au travail, à l'école, ou faire des courses.

  • Couvrez-vous la bouche et le nez avec un mouchoir en papier lorsque vous toussez ou que vous éternuez. Jetez votre mouchoir dès que vous l’avez utilisé.

  • Lavez-vous les mains régulièrement, cela vous aidera à vous protéger contre les germes. Lavez-vous les mains à l’eau et au savon, particulièrement après avoir toussé ou éternué. Les nettoyants pour les mains à base d'alcool peuvent également être efficaces. Évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche. Des germes se répandent souvent quand une personne touche quelque chose de contaminé et se touche ensuite les yeux, le nez, ou la bouche.

Le fait de respecter ces simples mesures d'hygiène est la meilleure recommandation à suivre et permet de limiter la propagation du virus.

Le port d’un masque n’est recommandé qu’aux personnes contaminées par le virus afin que celles-ci ne le transmettent pas à leur entourage. Porter un masque lorsqu’on n’est pas malade ne sert à rien et donne un faux sentiment de sécurité.

Depuis le mercredi 15 juillet, une partie des stocks stratégiques nationaux d’antiviraux et de masques a été transportée par l’armée auprès de grossistes répartiteurs désignés pour chaque province. Leur distribution aux communes se fera par après sous l’autorité du Gouverneur de Province. Cette décentralisation d’une partie des stocks a pour objectif de permettre aux médecins généralistes de plus rapidement pouvoir disposer des masques et des antiviraux.

En ce qui concerne les vaccins, les négociations sur les contrats se poursuivent. Il n’existe pas à l’heure actuelle de vaccin pandémique. Le vaccin actuel pour la grippe saisonnière n’est pas efficace contre la grippe A/H1N1.

Toutes les informations seront communiquées en temps utile par les autorités compétentes.

 

Pour de plus amples informations

Le site du Commissariat Influenza reprend tous les conseils pratiques sur le virus et sa propagation. Il reprend également toutes les informations utiles de vigilance pour les personnes qui se rendent à l’étranger. Sur le site web, vous trouverez également des affiches avec les règles d’hygiène de base qui peuvent aider à prévenir la contamination à télécharger
Pour toute question, le Call Center Influenza est accessible au numéro gratuit 0800 99 777, du lundi au vendredi de 8h à 17h et le week-end de 9h à 17h.