AR 01/03/2018 - Plan d’urgence nucléaire et radiologique pour le territoire belge

Planification d'urgence
Arrêté royal

Un plan d’urgence:  la clé de voûte d’une préparation rigoureuse

Tout exploitant d’une installation nucléaire doit veiller à ce que son installation soit la plus sûre possible. Des consignes de sécurité strictes s’appliquent et l’AFCN veille au respect de ces consignes en collaboration avec Bel-V et d’autres organismes agréés.

En dépit de tous les dispositifs de sécurité, des contrôles et mesures de prévention, un incident n’est cependant jamais totalement exclu. Plusieurs procédures et plans d’urgence veillent à ce que les conséquences d’un éventuel incident restent limitées.

 

Nouveau plan nucléaire : quelles sont les principales adaptations ?

Le plan d’urgence nucléaire et radiologique actualisé a aujourd’hui (le 6.3.2018) officiellement été publié au Moniteur belge. Les principales adaptations concernent :

  • Le phasage d’une situation d’urgence en trois temps : la situation d’urgence, la phase transitoire et la phase de rétablissement. Cette déclinaison doit donner un meilleur aperçu de l’évolution de la situation d’urgence et des missions que les différents services concernés doivent effectuer lors de chacune d'elles.
  • Un renforcement du rôle des acteurs locaux (bourgmestres et gouverneurs) : ils peuvent, sous certaines conditions, prendre eux-mêmes les premières mesures urgentes visant à protéger la population et l’environnement.

Une distinction entre :

  1. La zone de planification d’urgence : la zone au sein de laquelle des mesures sont préparées afin de protéger la population : mise à l’abri et prédistribution d’iode jusqu’à 20 kilomètres et évacuation jusqu’à 10 kilomètres (jusqu’à 4 kilomètres pour la région Mol – Dessel)
  2. La zone d’extension : autour des centrales nucléaires, la zone au sein de laquelle il est possible d’étendre les mesures sur la base de principes stratégiques établies : mise à l’abri et prédistribution d’iode jusqu’à 100 kilomètres et évacuation jusqu’à 20 kilomètres.
  • La poursuite de l’opérationnalisation des accords conclus avec les pays voisins sur la base de contacts entre organisations homologues.