Délestage: les autorités se préparent

Electricité
Planification d'urgence
Afin de parer à une potentielle pénurie d’électricité, les services compétents de l’Energie et de l’Economie élaborent des mesures qui visent à ajuster l'offre et la demande sur le marché de l’électricité. Cependant si ces mesures s’avèrent insuffisantes, le Secrétaire d’Etat à l’Energie et le Ministre de l’Economie pourraient devoir envisager un délestage temporaire comme mesure extrême. Celui-ci aura une série d'impacts pour la vie socio-économique du pays.

La préparation des mesures nécessaires en matière de sécurité civile et d'ordre public ainsi que la coordination de l’approche interdépartementale relèvent du Ministre de l’Intérieur, assisté par les Gouverneurs et les Bourgmestres sur base de leurs missions de planification d’urgence et gestion de crise.

L’une des missions essentielles du Centre de Crise consiste à anticiper les risques potentiels et à préparer des plans d’urgence.

 

En collaboration avec ses partenaires, à la fois au niveau local, régional et fédéral, le Centre de Crise étudie depuis un certain temps ce risque spécifique et prépare la gestion éventuelle d’une coupure d’électricité.

Information des Gouverneurs et Bourgmestres

Les gouverneurs ont été systématiquement informés des progrès de ses activités lors de Conférences des gouverneurs et via la Plateforme de concertation qui a lieu tous les quatre mois avec les Services fédéraux de planification d’urgence auprès des gouverneurs.

 

Les travaux ont abouti à un Plan national d’urgence qui a été approuvé le 18 septembre 2012 par le Ministre de l’Intérieur. Le plan d’urgence a été par la suite présenté le 17 mai 2013 au Conseil des Ministres et ensuite transmis par écrit aux différents ministres fédéraux, aux ministres-présidents des trois régions, aux services publics fédéraux concernés et aux gouverneurs.

 

Suite au risque identifié précédemment lors de l’hiver 2012-2013, des accords ont déjà été conclus avec et via les gouverneurs sur la gestion de crise et la planification d’urgence. Des initiatives similaires ont également été entreprises avec d’autres partenaires, notamment les services de secours, les départements fédéraux et les régions. Après cette période à risque, l’élaboration de la planification a été poursuivie via des évaluations, des journées d’information et un exercice du plan d’urgence.

 

Informé en juin 2014 par ELIA des premiers résultats des analyses pour l’hiver 2014-2015 au sujet de l’impact sur la sécurité de l’approvisionnement de la nouvelle fermeture des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2, le Centre de Crise a immédiatement averti les services des gouverneurs. La thématique figure depuis lors chaque mois à l’ordre du jour de la Conférence des Gouverneurs.

 

Concertation avec les secteurs publics et privés

Une approche efficace du risque nécessite une implication active de chaque ministre, chaque service public et chaque secteur socio-économique. En effet, la planification d’urgence et la gestion de crise sont fondamentalement une responsabilité collective, où chacun est responsable de l’estimation du risque, de la politique préventive qui en découle et de la préparation des mesures réactives au sein de leur propre domaine de compétence.

 

Au cours des prochaines semaines, la concertation se poursuivra via les départements fédéraux et les fédérations professionnelles.

 

Sensibilisation préventive et communication de crise

Sensibiliser nos concitoyens à adopter un comportement responsable en terme de consommation d’énergie est primordial. Cette action solidaire peut en effet fortement influencer la nécessité de délester : en effet, par une solidarité massive de la population réduisant la consommation en énergie aux heures de pointe, une tranche du plan de délestage pourrait être épargnée.

 

Le SPF Economie, en collaboration avec entre autre Elia et le Centre de Crise, élabore actuellement une campagne d’information préventive afin que chacun soit sensibilisé aux actions individuelles et solidaire à prendre face au risque de pénurie. Plus d’informations seront disponibles ultérieurement.

 

La sensibilisation doit également porter une attention particulière aux conséquences d’une coupure d’électricité afin que la population puisse mieux les estimer, s’y préparer et agir correctement au moment de l’interruption. Les autorités locales peuvent contribuer via leurs canaux de communication à transmettre ce message de manière préventive et lorsqu’il y a une menace de pénurie.

 

Au cas où il est procédé à un délestage effectif, une stratégie de communication de crise avait déjà été rédigée en 2012-2013. Les accords concrets sont précisés avec les Services fédéraux des gouverneurs ainsi qu’au niveau fédéral avec l’ensemble des partenaires concernés, et ce, pour une information rapide, complète et efficace des citoyens concernés par un éventuel délestage.

 

En cas de délestage, réagir pour sa sécurité

En cas de délestage, le Ministre de l’Intérieur décrétera une phase fédérale de gestion de crise pour une coordination nationale des décisions et actions.

 

Cependant, pour pouvoir réagir rapidement aux situations locales et mobiliser les moyens nécessaires pour la gestion de ces situations, il sera indispensable que les gouverneurs et bourgmestres gèrent, dans le cadre d’une répartition claire des missions de chacun, les conséquences locales de la coupure d’électricité.

 

Dans le cadre des missions légales habituelles de planification d’urgence, et grâce notamment aux Plans généraux d’urgence et d’intervention, les Gouverneurs et Bourgmestres sont préparés à réagir face à toute situation d’urgence. Suite au « Guide de planification d’urgence - Electricité » diffusé en 2013 par le Centre de crise, les Gouverneurs ont travaillé sur leur Plan Particulier d’Urgence et d’Intervention (PPUI) face à ce risque de coupure d’électricité, éventuellement due à une pénurie.

 

Après une analyse de la situation sur le terrain et des besoins qui en découlent, le Ministre peut, en concertation avec les gouverneurs, décider plus tard ou lors d’un prochain délestage, de faire passer la gestion de crise en phase provinciale. Lien vers les phases ?

 

Différentes actions concrètes sont d’ores et déjà envisagées au niveau local pour veiller en cas de délestage à la sécurité des citoyens :ouverture d’un centre d’accueil dans les communes concernées, mise en place de patrouille de police dans les quartiers concernées, suivi de l’impact sur les infrastructures locales (collectivités, canalisations,…).

 

La portée géographique et la diversité des conséquences socio-économiques de l’activation du plan de délestage impliquent par ailleurs inévitablement une démarche citoyenne d’autoprotection et de solidarité. Les autorités informeront les citoyens concernés par tous les canaux disponibles afin que chacun dispose des bonnes recommandations à suivre.